201310_03

Le vaisseau avait laissé une drôle d’empreinte, quelque chose que l’on aurait pu, vu d’en haut, prendre pour un ballon de rugby. Il y avait aussi ces quatre piquets blancs restés plantés dans le sol. Les services du génie avaient tenté de les sortir de là ; ils y avaient passé plusieurs jours, avec des explosifs, des scies, des marteaux-piqueurs… Rien n’y avait fait. Monsieur Robin se retrouvait donc avec un large sillon au milieu de son champ, une terre étrangement tassée en forme d’ovale et ces quatre piquets.
À son tour, il avait tenté de les ôter, et de labourer la terre. Il avait très vite renoncé, cherchant une nouvelle destination à sa propriété. Le ballet des curieux lui avait rapidement donné des idées. Il commença par mettre une clôture afin d’interdire l’accès et construisit une guérite dans laquelle sa femme encaissait dix euros par entrée. Très vite, il édita des plans, des cartes postales, et engagea les fils de son voisin comme guides.
— Ces piquets en demi-cercle symbolisent la coupe dans laquelle nos visiteurs recueillent l’énergie de vie. Ils tracent ensuite une route et donnent à la terre cette allure si…
La vente de fioles d’énergie (de l’eau distillée tintée au jus de betterave) fut une manne. Monsieur Robin put alors construire des commodités, acheter en Chine d’autres objets, aménager le circuit et, sur le terrain attenant, ériger un autel couvert où sa tante Marthe faisait office de druide intergalactique. Puis un jour de juillet, un autre miracle se produisit.
— Bonjour monsieur Robin. Que diriez-vous d’ouvrir un Burger King ?

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 201310_03

  1. Petit Mouton dit :

    On peut jouer au foot sur le terrain ?!!! Avec Caddie et la bande, on aime jouer dans les champs, ça me rappelle quand j’étais petit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *