201308_11

Si j’avance encore, je sens que je vais tomber la tête la première et me faire engloutir. Quelle idée aussi de se fourrer des billets de dix dans les poches quand on est enrhumé ! On jette les billets avec le mouchoir usager ce qui mène dans une position fort délicate pour les récupérer. Si au moins j’avais une lampe ; je saurais la profondeur de cette malheureuse poubelle ! Car là, j’ignore si je risque de me fracasser la tête contre un fond qui serait dur, ou contondant, ou pire encore, ou si je risque d’être littéralement englouti, de tomber au fond du tréfonds et ne jamais remonter.
Est-ce que le péril vaut deux billets de dix ? Il est encore temps de décider, mon corps est à l’équilibre, mi-dedans, mi dehors. Peut-être pourrais-je essayer de lancer un bras, ou mieux sortir de là et jeter un objet lourd et dur pour voir quel bruit il fait en tombant. Si je ne l’entends pas, c’est que le puits est sans fond. Si je l’entends, il sera sourd ou mou et me dira s’il me faut craindre le traumatisme crânien. Oui, c’est cela que je dois faire. Et que je fais. Qu’est-ce qu’on est bien les deux pieds sur terre et la tête en l’air !
Il me reste à trouver un objet à jeter si je veux récupérer mes deux billets. Il n’y a rien par ici qui pourrait faire l’affaire, même pas un caillou. Qu’est-ce que je décide ? J’y retourne ? Ce n’est qu’une poubelle, finalement. Qu’une poubelle ? Pourquoi n’est-elle pas verte alors ?

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *