201207_06

Regardez-moi. Ne suis-je pas beau ?
Moi, je me trouve beau, même très beau. Et vous ? Sauriez-vous me dire le contraire ? Peu me chaut ce que vous en pensez. Ce qui m’importe, c’est votre regard. Je veux y lire ma beauté ou vous crever les yeux, à jamais. Je suis comme cela, un peu radical quand il s’agit de la manière dont vous êtes capables d’estimer ma beauté.
Ce que je veux, c’est que vous me pensiez beau, non pas forcément parce que je le serais, mais parce qu’il m’est essentiel d’exister comme tel. Oui, « je suis » et « beau »., « très beau », sont une seule et même phrase. Je ne pense pas. Je ne ploie tel aucun roseau. J’existe par pure esthétique, parce que chacun s’accorde à me dire tel. Ma beauté est ontologique, en quelque sorte, même si, j’en conviens, elle dépend aussi de vous.
Imaginez un instant que vos yeux lancent cette sorte d’éclair où s’exprime le dégoût. Imaginez. Vous me regardez et me pensez laid. Que reste-t-il ? On ne va tout même pas jeter la photographie avec l’eau du fixateur ? Vous ne pouvez pas me penser autrement que ce que je suis ! Dieu, lui-même, saurait vous en tenir rigueur car c’est alors le beau en tant que tel vous vous dénieriez à l’humanité dans son ensemble.
Ne luttez pas ! Je suis beau. Très beau. Et n’allez pas dire que ce propos est fat ; il vous en coûterait la vue, et quelques brins de persil émincés.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à 201207_06

  1. paradisbulle dit :

    La beauté est aussi une histoire de coeur.

  2. Isabelle dit :

    Oui, tu es beau.
    Pour le reste du débat, hum, un coup d’esthétique kantienne pour réfléchir sur le beau et le sublime ?

  3. Bonno dit :

    Oui je suis beau ! Mais dommage que je bave et que je laisse des traces…

  4. Isabelle dit :

    C’est que je bave de plaisir à être aussi beau et mes traces obligent tout le monde à se rappeler que je suis le plus beau. Pas besoin de miroir à interroger, il suffit de regarder partout par terre, et on ne peut que se rappeler toute ma beauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *