201207_03

Moi aussi, je pourrais vous parler de l’escargot. Mais, vous seriez en droit de vous lasser et je parie une pizza que vous avez déjà oublié ce qu’il est. Vous vous le rappelez beau, peut-être ? C’est uniquement parce qu’on vous l’a seriné tel. J’en suis sûre. À moins que vous n’ayez préféré cultiver le souvenir de la petite jupe rose de l’autre pétroleuse !
Et alors ? Qu’est-ce que cela peut bien me faire ? Ils n’y sont plus et c’est moi qui suis là, maintenant, devant vous, saisie par la photographe.
Saisie. Prise. Étreinte.
Oserais-je vous dire que j’aime quand elle vise le moins essentiel, pour m’offrir à vous, sobre, nue, défaite de mes plus beaux atours ? Elle me… Comment dire ?
C’est gênant…
J’aime son regard se poser sur moi. Elle me dévoile. Elle me révèle. Je m’enivre de ses visées objectives. Elle jauge la lumière, affûte son cadrage et, rien qu’à l’idée de ce petit oiseau qui va sortir, je fonds, je me fends, je me dévoile.
Voyez le résultat. Je suis là, devant vous, radicale. Sans chichi. Loin de tout falbala. Je suis là. Moi. Frugale. Immuable. Portée par son œil qui transperce le plus simple de mon appareil. Ô ! photographe. Prends. Je suis à toi.
Alors, pensez, l’escargot ! Et la petite jupe rose. Qu’est-ce que je m’en fous !

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *