201207_02

Encore moi !
Tout à fait.
Moi.
Vous me trouvez un peu gris, peut-être, blanc et noir ? Tant pis pour vous. Si vous aviez ne serait-ce qu’un tantinet su reconnaître ma beauté qui vous était offerte en technicolor, moi, centre de l’image, allant jusqu’à supplanter de mon rayonnement personnel la composition de l’artiste, j’aurais gardé cette sorte de vanité qui enjolivait ma mise. Maintenant, vous allez devoir m’admirer ainsi, moi, après la photographie, elle qui prend désormais toute l’esthétique et me relègue au rang de sujet.
Je suis toujours aussi beau, je le sais. Et vous aussi. Qu’est-ce que cela vous coûte, d’ailleurs, de le reconnaître, de penser que je suis ce que je veux que vous voyiez de moi ? Vous craignez de corrompre la vérité, de faire injure à l’art qui voudrait être plus beau que je ne le suis ?
Foutaise ! Il vous coûte surtout de me reconnaître, de me voir, de me permettre d’exister. Vous aimez la représentation. Je vous impose le sujet.
Ça vous en bouche un coin, hein ?
Vous ne savez rien de moi. Vous ne savez pas même me regarder. Vous vous êtes contentés d’une palette de couleurs mêlée d’une transparence chère à la photographe. Et là, pauvre de vous, vous devez aller au-delà de l’image pour savoir que je ne suis pas une éolienne couchée par le vent, socle déterré par la violence de l’élément.
Je suis beau.
Et à le taire, vous n’êtes rien. Rien.
Beau. Je suis.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 201207_02

  1. Tempérance dit :

    Ode à un escargot

    Cela fait plusieurs semaines que sur ce blog, dédié à l’art de la photographie et de l’écriture, je remarque ce superbe gastéropode cornu. C’est vrai que Sarah lui a tiré des portraits baignés d’une lumière quasi surnaturelle, dignes des studios Harcourt et Cy Jung a employé tout son art de l’écriture pour attirer l’attention sur ce charmant animal à la délicate plastique. Alors, oui, je le reconnais, cet escargot est superbe et à mon tour, je lui rends hommage.

    PS : je promets de ne plus commander d’escargots à l’ail et au persil dans les restaurants, de peur de me rendre coupable d’avoir mangé une beauté de la nature !!!!
    Tempérance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *