201204_24

Où veux-tu m’entraîner ? Et qu’est-ce qui te dit que je vais te suivre ? Regarde-moi bien, je ne suis pas du genre à me laisser mener par le bout du clitoris et l’amour… l’amour ? Le désir. Ce ne sont pas des choses qui se décrètent ! Tu peux toujours m’offrir des fleurs, me gaver de chocolats, faire ta star dans tes petits dessous sexy et ouvrir ton sexe comme d’autres déchirent du papier-cadeau… Tu peux ! Mais cela ne change rien.
Rien.
Ma vie n’est pas à toi. Mon cœur, parfois, un peu. Mon ventre, de temps en temps. Et je ne te suivrai pas sur ce chemin-là.
J’aime savoir où je vais.
J’aime décider qui je suis.
J’aime parce que je suis. Et si tu m’enlève cela, tu vas me perdre.
Tu m’as déjà perdue, en fait. Je ne crois pas aux mirages. Je ne crois pas aux faux-semblants. J’aime quand on m’ouvre la perspective et toi, tu resserres un peu plus chaque jour le champ. J’ai besoin d’air. J’ai besoin de vérité. Et à vouloir m’embobiner, tu me contrains. Mon désir est unique. Ton sourire est charmant. Mais tes baisers sont à force trop mous, mous comme le cocon que tu tisses. Mou.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *