201204_22

Le problème, quand on regarde le monde avec des yeux empreints de clichés et d’idées toutes faites, c’est que l’on s’expose au risque de prendre des vessies pour des lanternes et de faire passer les autres pour ce qu’ils ne sont pas.
Prenons un exemple. Le brocoli, là, sur l’image. Tout le monde voit parfaitement qu’il s’agit d’un brocoli. Et pourtant, c’est un escargot.
Encore lui ?
Oui. Il a décidé de mettre une perruque verte et une combinaison d’éboueur pour faire croire qu’il était un autre afin de vérifier si sa beauté légendaire allait ou non percer l’écran.
Perdu !
Mais qu’il se rassure : son déguisement n’est pas en cause. Ce qui l’est, c’est que chacun a cru que le coq l’avait boulotté sans se poser la question de savoir s’il en avait eu véritablement l’opportunité ni, pire encore, s’il s’agissait vraiment d’un coq.
Eh oui ! C’était un âne. Ne faut-il pas l’être pour picorer un si bel escargot ?
On résume.
Le brocoli sur la photo n’est autre que l’escargot que l’âne qui se prend pour un coq n’a jamais consommé. Voilà. Reste une question à propos de l’âne. Entre nous : il couche, ou pas, avec le bœuf ?

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à 201204_22

  1. Isabelle dit :

    Pourquoi « Perdu ! » ? Personnellement, je trouve que la beauté légendaire de l’escargot a parfaitement percé l’écran. Il a toujours cette aura magnétique qui aimante et trouble le corps et le coeur.

  2. Paradisbulle dit :

    Pourquoi pas ? Et puis il est peut être homo pourquoi pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *