201108_08

Plonger. Il allait falloir plonger, la tête la première, dans le grand bain. Adrien en était pétrifié. Il avait bien tenté de dire au maître nageur qu’il avait mal au ventre. Cela avait été inutile. Il allait devoir s’approcher au plus près de l’eau, crocheter ses doigts de pied sur le bord du bassin, s’accroupir, tendre les bras le long de ses oreilles, soulever les fesses et faire basculer son corps dans le vide en poussant sur les jambes.
Ça, il avait bien compris la leçon. Le maître nageur la répétait à chacun et il était le dernier de la file. Adrien tremblait.
— Tu as froid ?
Il fit non de la tête, incapable de dire qu’il avait peur. Cela n’aurait pas été si compliqué pourtant de répondre, tout simplement « j’ai peur », ce d’autant qu’il ne craignait pas plus que cela de passer pour une mauviette. Il avait le poing suffisamment sûr pour régler la question. Mais il ne pouvait pas. Le maître nageur posa sa main sur son épaule.
— Allez ! C’est à toi.
Adrien s’avança, crocheta ses doigts de pied sur le bord du bassin, s’accroupit, tendit ses bras bien collés contre les oreilles. Il jeta un œil apeuré au maître nageur.
— Vas-y, mon garçon.
Sans prévenir, ses jambes se détendirent comme un ressort. Adrien sentit son corps monter puis redescendre en arc de cercle, ses doigts toucher l’eau, ses mains la fendre, sa tête, tout son corps suivre. Il toucha presque le fond et remonta à la surface avec l’aisance d’un dauphin. Il n’avait pas eu mal. Il n’avait pas bu la tasse. Comment était-ce possible ? Il nagea jusqu’à l’échelle. Il souriait. L’incroyable s’était produit. Il en était si fier !

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *