201108_05

Je sens son regard qui glisse. Il précède sa main, se faufile, attise, jauge et s’inquiète. Ira-t-il bien là où ma chair, friable, l’appelle ? Je pourrais la guider d’un mot, d’un geste. Je la rassure d’un sourire et l’invite.
Son pouce effleure l’arrondi de mon épaule. Son autre paume épouse mon ventre. Mon souffle court. Ses lèvres se déploient. Je savoure déjà le baiser qui ne vient pas. Son attention se fixe sur ce bouton qu’il y a quelques minutes une audace particulière a fait sauter. Ses yeux dévorent le tissu entr’ouvert. Sa main ne bouge plus. J’attends.
Elle incline la tête et dépose un baiser là où je n’y croyais pas. Mon entre-deux-cuisse rougit. Ma vulve vibrionne. Mes fesses se tortillent. Je les retiens. Je ne veux pas l’effrayer. Ses baisers remontent le long de la fermeture Éclair. Sa main, dans un mouvement inverse, fuse dans la brèche et ripe avec adresse sous l’élastique de mon sous-vêtement. La pulpe sur mon pubis duplique mon souffle. Sans que je n’y prenne garde, mon pantalon est béant, comme si mon clitoris avait pointé si haut que la fermeture avait cédé.
Son regard revient sur mon visage. Nos bouches se défient. J’ouvre les bras. Elle plonge, sa langue contre la mienne, sa main au plus profond que la posture autorise. Je soulève le bassin. Son poignet se tord. Ses lèvres s’activent. Son majeur trouve sa cible. Je feule. Elle me prend. Je me partage. Elle m’accueille. Et le plaisir… Mystère.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 201108_05

  1. paradisbulle dit :

    Mamamouramoi où es-tu ? Miaaaawwwwwwwww.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *