201108_01

Les lions, il faut les dompter. À l’instar des pots qu’il faut tourner ?
Un peu, oui… Autant qu’il est bon de faire sauter les moutons et de jouer au football avec des fils de coton en réunion. Passe à droite. Passe à gauche. On tire dans la lucarne et la bobine se meurt au fond des filets. Feu le ballon. La tristesse gagne. Guignol bondit hors de sa boîte. Il nous emmène chercher les œufs cachés dans le sous-bois. On court à bride abattue. On crie. On souffle. On rit. Fort. Très fort au risque d’en devenir fou. Cela doit être à cause du champignon qui abritait l’œuf et que l’on a goûté. Il était amer. Et la suite remarquable.
Il y avait un lion, qui s’était tourné. On voyait ses fesses aller au-dessus du pot et… Non ! D’un grand coup de sa queue en balais de terminaison, il l’a fait valser et celui-ci s’est écrasé contre la vitre de la fenêtre et l’a brisée. Le vent s’est engouffré dans la maison. Les papiers sur la table se sont envolés et la facture de gaz s’est collée contre la lucarne.
Feu l’addition. On l’y a oublié.
Et le gaz a été coupé.
On s’en moquait. On avait le lion, pour nous réchauffer. Il est si gentil, ce gros chaton. Il faut juste éviter qu’il se retourne. Les pots, par contre. C’est essentiel qu’ils pivotent. N’est-ce pas grâce à cela que fleurit le coton ?

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *