201107_13

On est bien peu de choses et mon amie la rose, quand il pleure dans mon cœur, abreuve mon sillon. Ô joie ! Ô cette infamie ! Quoi qu’a dit ? A dit mignonne, ta robe pourpre au soleil a quelque chose de pourri au royaume du Danemark ! Et demain, dès l’aube, à l’heure où sous les ponts passent les jours, passent les semaines, l’œil sera dans la tombe et regardera sous le pont Mirabeau, couler la Seine. Comme Ulysse, le chat ouvre les yeux : il sait mon crime et le sort qui m’accable. Va, je ne te hais point. Mais elle expire seigneur, d’une langueur monotone pendant que tout autour de la terre, le geste auguste du semeur, voit trois allumettes une à une allumées sur la Lune, comme un point sur un i. Morne plaine. Ça n’existe pas ! Une belle marquise doit vivre pour elle, pour elle, la grenouille se fait plus grosse que le bœuf. Si rien ne sert de courir, entendons le son du cor au fond des bois ; offrons des perles de pluie et que la joie demeure. Mon enfant, ma sœur, mon paletot devenait idéal et le Légo sans mémoire. Et toi de mes exploits glorieux instrument et d’un corps de glace inutile ornement, en jouissance s’extravase. Feuilles de jour et mousse de rosée, que serais-je sans toi qui m’as donné quatre bouts de bois ? Souvent sur la montagne à l’ombre du vieux chaîne, une âme bien née, quelqu’un des tiens, dessine le visage du bonheur. Est-elle brune, blonde ou rousse ? A-t-elle des yeux de velours ? Je l’ignore.

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *