200807_03

Une rose étendait sa toile sur le jardin. Un disque dur émettait un clic interlope. Marie-Thérèse plongeait la main dans un sac de bonbons. Il y en avait de trois sortes, papier rouge, papier jaune, papier vert. Avaient-ils tous le même goût ? Marie-Thérèse l’ignorait ; c’était la première fois qu’elle allait manger de ces bonbons-là. Une guitare cherchait ongle à son accord. Un épi de blé saluait une ligne à haute tension. Le sort allait décider de l’ordre des saveurs.
Marie-Thérèse prit un premier bonbon. Elle le suça lentement, savourant déjà le suivant quelle qu’en soit la couleur. Une feuille frémissait sous les assauts d’un marteau-pilon. Un téléphone cellulaire réclamait sa pitance. Marie-Thérèse fouilla dans le sac. Le bonbon qui en sortit, cette fois, avait un papier rouge. Un vert ; un rouge. Si le prochain était jaune, Marie-Thérèse ne mangerait que trois bonbons. Une barque emballait un canard. Un radis cherchait la lumière dans son cœur. C’était la règle : en manger autant que nécessaire pour avoir les trois couleurs de papier et s’arrêter quand les trois y étaient. Le second était terminé. Marie-Thérèse secoua le sac, ferma les yeux… Bleu ! C’était impossible ! Il n’y avait pas de bonbons bleus. Pas plus que de disque dur rose qui téléphonait à une guitare en feuilles embarquée sur des épis de radis ! Ah bon ?

Cy Jung©

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à 200807_03

  1. Hélène dit :

    Dommage, les bonbons bleus c’est les meilleurs !

Répondre à Hélène Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *