200607_05

Quand je pense à tous ces gens qui croient en moi et imaginent que je vais leur permettre de vivre dans la joie et de rejoindre le paradis. Les pauvres ! je les plains. Vraiment. Je ne peux rien pour eux, à part ne pas leur dire que je ne suis pas ce qu’ils croient. Je sais qu’à maintenir l’humanité dans le mensonge de mon existence, j’engraisse nombre de charlatans ! Mais je n’y peux rien non plus. Je suis tellement impuissant. Je ne suis tellement personne. Cette histoire est si absurde…
Mais qu’est-ce que j’ai été raconter à ces écrivaillons antiques que j’avais créé le monde ? Ils ont tout avalé, les imbéciles ! Et maintenant, à force d’âmes errantes qui me cherchent par tous les cieux, je suis comme suspendu en l’air sans espoir de ne jamais poser un pied à terre. Heureusement que j’ai réussi à me planquer dans la couche d’ozone ; leurs lamentations ne m’atteignent plus, au moins celles qui ne trouvent pas le trou.
C’est vrai qu’il y a eu pire. À chaque fils apocryphe, c’est l’enfer ! Ils parlent en mon nom, font des millions d’adeptes, et ces nouvelles âmes en souffrance me font monter à la frontière de la mésosphère. Et ça caille, à cet endroit ! Là, je suis tranquille depuis plusieurs siècles ; les rares tentatives de résurrection ont échoué et avec l’avancée des sciences, je pourrai toujours demander si nécessaire un test en recherche de paternité. Restent bien sûr les prophéties qui prédisent un retour en force de la « spiritualité » !
Et ma main dans ta gueule de l’humanité, elle est spirituelle ? Je ne devrais pas parler comme ça, je le sais ; c’est indigne de ce que je ne suis pas. Mais peut-être que si je casse mon image, je pourrai me faire définitivement oublier et visiter en toute impunité les couches interlopes de l’atmosphère ? Je ne dois pas y penser. C’est trop dur. Moi aussi je voudrais que l’on vienne me sauver, me sortir de cet endroit sinistre où je m’ennuie à mourir ! S’il vous plaît. Je suis comme vous ; je veux juste vivre en paix.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 200607_05

  1. Voyages immobiles dit :

    Il fallait oser Le faire parler … très chouette texte illustré par une photo qui esquisse à travers un code barre et un monde d’ombre une certaine forme d’anonymat …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *