200507_15

Le petit poisson est mort sur le dos, comme tous les petits poissons qui meurent. Et les gros, aussi. Il a manqué d’eau, et d’air, mais pas d’allure, au moins de son vivant. Car mort, c’est sûr, là, gisant en plein soleil, il n’est pas très ragoûtant. Il se délite. Et il pue.
Ah ! ça oui, il pue le petit poisson abandonné sur la grève. Qui a osé lui infliger une telle posture ? Sa mère ? Salope ! Non, on ne doit pas traiter sa mère. C’est injuste, ce d’autant que c’est une vague qui l’a posé là, une déferlante. Salope ! Oui, on peut le dire pour la vague ; mais cela ne change rien au destin du petit poisson. Il reste mort et il semble qu’un rat, ou un oiseau, a mangé un morceau de sa chair.
C’était bon ?
Au vu de ce qu’il reste, pas vraiment. Peut-être que le petit poisson puait trop quand le charognard est arrivé ? Ou peut-être qu’il n’avait pas si faim ? C’est assez difficile de savoir. Personne ne peut témoigner des faits et le petit poisson, lui-même, n’est plus en état de dire. On peut imaginer aussi qu’un autre poisson l’a attaqué et que c’est en voulant se défendre qu’il a pris la vague et atterri sur la plage.
L’hypothèse est plausible. Le petit poisson est seul à pouvoir la confirmer. Mais il est mort. Et il pue. Puer n’a jamais empêché personne de parler. Mais être mort… Ça tue. Forcément. Comment savoir alors ce qu’il s’est passé ? On ne peut pas savoir. Il faut s’y faire. Est-ce pour cela que tout le monde s’en fout de ce petit poisson qui pourrit sur la grève ? Il y a des chances… À lui, par contre, n’en reste décidément aucune. Aucune.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 200507_15

  1. Petit Mouton dit :

    Bouuuuuuuh ! Ben, noooon, moi je m’en fous pas et je suis triste pour Petit Poisson…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *