199909_01

Heureusement qu’il y a cette histoire avec ta mère ! Sinon, qu’est-ce que tu serais encore obligée d’inventer pour pleurer ? Ne me dis pas que tu ne pleures pas par plaisir ! Tout le monde pleure par plaisir ! La souffrance, c’est connu, on se la fabrique ; surtout celles que les autres nous infligent.
Prends ta mère ; elle fait ce qu’elle peut et si cela te fait souffrir, c’est que tu le veux bien. On doit tout à sa mère. Elle a tous les droits, et si elle agit comme ça, c’est juste parce qu’elle ne sait pas faire autrement. Elle a bien assez souffert déjà ; ne crois-tu pas que c’est le moment de prendre ta part ? Allez ! sois un peu sympa avec elle. Elle t’aime, tu sais ?
Comment ça, tu ne sais pas ? Mais bien sûr qu’elle t’aime ! Et ce qu’elle te donne, c’est de l’amour, du pur, du bien à baffer ! Elle t’aime d’amour amer et toi tu voudrais du sucré ? C’est ça ? Courbe l’échine et sourit. C’est ta mère, je te dis. Laisse-la faire. Oublie. Mets sur haut-parleur quand elle appelle, dis oui de temps en temps quand tu passes devant le combiné et fais tes affaires. Tout le monde fait comme ça, tu ne sais pas ? Tout le monde.
Tu vois, tu n’es pas meilleure que les autres. Tu es même pire si tu crois qu’elle peut arrêter de te faire… non ! Tu ne dis pas ça de ta mère ! Une mère, ça ne fait pas…, ça … ! Exactement. Allez ! Arrête de pleurer. Fais un coup de ménage et va lui dire que tu l’aimes, sans lui rappeler que tu souffres. De toute façon, elle n’entendra rien. Tu sais, l’utérus, c’est un endroit qui étouffe les sons. Tu peux toujours crier. On n’entend rien de l’extérieur.
Tu ne crois tout de même pas en être sortie, de son utérus ? Vraiment ? Tu es si crédule, parfois ! Ta mère, c’est dans son ventre qu’elle te garde. Tu comprends maintenant pourquoi tu as si mal ?

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *