199901_02

Je suis assise sur le plateau de l’escabeau, le rouleau encore en main. Je boirais volontiers un bière. Je lève le nez au plafond. Je cherche les zones que j’aurais manquées. Je plisse les yeux. La lumière blanchie par la peinture fraîche me grille la rétine. Une larme se forme. Je ne la chasse pas. Je me voûte. Mes mains collent. Je retire la casquette qui protégeait mes cheveux. Je la jette en visant le tas de chiffons. Joli tir ! Elle se pose en douceur sur le dessus. Je souris. J’ai soif. Il me faudrait descendre, emballer le rouleau dans un tee-shirt mouillé puis le protéger d’une poche en plastique. J’en ai fini pour aujourd’hui. Demain, j’attaque la deuxième couche sur les murs. Il me faudra la journée. L’envie de bière appelle une pizza. Je dois descendre, me laver, me changer. Je ne bouge pas. J’attrape un cure-dents dans la poche de mon jean de chantier. Un peu de peinture s’en mêle. Je m’en moque. Je le cale entre canine et incisive. C’est amer. Je voudrais que le temps s’arrête. Je voudrais rester entre sol et plafond, ne plus jamais toucher terre, rester là, crottée, ne rien faire et qu’il se passe quelque chose. Je suis dans un autre monde. La lumière m’enveloppe. Elle va m’aspirer, me chauffer, réduire toutes les fractures. Je serai légère. Je ferai des galipettes dans le ciel. Je suis suspendue. Je ferme les yeux. Je passe trois doigts sur ma joue. Ils rencontrent une goutte de peinture sèche, la font sauter et déposent un peu de couleur au passage. J’ai la tête qui tourne. Je serre plus fort le manche du rouleau. L’escabeau semble vaciller. Il se soulève. Il s’envole ! J’affronte déjà les grandes hauteurs. La lumière est de plus en plus éblouissante. J’ancre mes pieds sur les marches. Je croque le cure-dents et recrache les morceaux. Le rouleau m’échappe. Vlan !

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 199901_02

  1. Hélène dit :

    Pas mal, de remplacer la clope par le cure-dent. Un peu politiquement correct, peut-être. Par contre, « entre canine et incisive », ça c’est le truc le plus acrobatique du texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *