199807_05

Que serait un déjeuner au restaurant en famille sans une bonne tête de veau ?
Il semble que personne n’ait cherché à répondre à cette question, ni même ne l’ait posée. N’est-ce pas étrange ? Car dans la tête de veau, il y a la tête, bien sûr, celle du veau, et la ravigote. C’est comme dans la famille, il y a la tête, de veau, ou de mule, voire de linotte, et la ravigote, que l’on peut bien sûr perfectionner jusqu’à la gribiche. On prend des risques. Quand le cornichon sort du bois, la tête peut faire l’œuf et l’œuf la poule. Et la tête de veau, cela n’a rien à voir avec la poule au pot.
Quoique.
Que serait un dimanche en famille sans une bonne poule au pot ? On la plume, d’abord. Qui ? La poule, pas la famille ! Car dans les familles, la poule, c’est cul nu… connu, cela se dépoile. Comme le lapin. Chasseur, le lapin. C’est plus sûr qu’à la moutarde. On imagine volontiers pourquoi. Fromage. Dessert. Une bonne tarte… aux pommes. On les épluche, comme la poule et on l’étale, la pâte, comme la dinde. La dinde ? On la farcit, non ? Comme le chapon, ou l’oie. La poule, non. On prend ses précautions.
Que serait un Noël en famille sans une bonne dinde rôtie aux marrons ? Cela en fait du monde ! Une dinde, des marrons, une poule, un lapin, un chapon, une oie, une tête, un veau, des cornichons, une tarte, une pâte et de pauvres pommes… C’est sûr ! Ça ravigote.
Et on boit quoi, avec ça ?
Beaucoup. En général. Beaucoup trop.
Que serait une vie de famille sans une bonne dose d’alcool ?
Des cacahuètes, madame. Des cacahuètes.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *