199802_21

Ton souffle parvient à mon cou. Ta main m’ensorcelle. Laquelle ? La droite, je crois ; je ne sais plus. Je n’ai pas envie de savoir. Je veux ta respiration dans ma bouche. Ta langue. Je veux tes dents qui cognent, ton index qui bande, ton bras qui pompe. Je veux. J’ai. Je miaule. Tu souris. Ta peau est si précieuse. Je griffe. Je la veux sous mes ongles. Ils sont trop courts. Tu ris. Je m’accroche à tes fesses. Mon oreille rougit. Ta salive inonde le pavillon. Mon sexe a un sursaut. Il luit. Il fond. Il aspire. Tu le harcèles. Je gobe un tétin. Tu dévores toujours mon oreille. Un peu de sueur mouille mes cheveux. Quant à la cyprine… Elle déborde ! Tes doigts rigolent. Ils fouissent.
Et ton souffle toujours donne la température. Je bous. Je m’évapore. Tu cales ton genou derrière ta paume. Ta main ne bouge plus. Je m’y ancre. J’imagine que tu me transperces de chair en chair. Je me cambre. Tu ne lâches rien. Je m’agrippe un peu plus. Ton tétin fait les frais de ma morsure. Tu grognes. Je m’étarque. Je m’envole. Tu es toujours là.
Ton souffle.
C’est ton souffle qui donne la mesure pendant que mon sexe s’enivre du plaisir que tu lui offres. Il jouit. J’éructe. Il fuse. Je m’éparpille. Tu me rassembles. Ma vulve cherche une issue. Ta paume s’agrandit. Elle se pâme. Je m’étrangle. Ma main serre si fort ta hanche que je crains un instant d’y laisser quelques traces. Je m’en moque. Je roule. Tu me retiens. Je danse. Tu m’étreins.
Et ton souffle encore…
Encore.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *