199709_03

« Mon amour, Je t’ai tant rêvée, espérée, imaginée que je me pince dix, cent, mille fois par jour pour être certaine que tu es bien là. Je voulais te le dire, te l’écrire plutôt, parce que l’encre rend l’amour indélébile. Voilà. Voilà ma plume qui caresse…
« Mon cœur, Je n’étais qu’une masse informe, un monstre en souffrance, une chose sans but et tu as croisé ma route, éclairant ma pauvre existence de ta lumière. Ma joie ! Mon astre ! Tu es mon soleil, pour la vie, toute ma vie et je ne…
« Poussin, Oh ! ces fesses. Oui, Poussin, tes fesses ! Je n’aurais jamais pu imaginer qu’un cul pareil puisse exister moi qui pourtant en avais tant fréquenté ! Jamais je ne remercierai assez Mauricette de m’avoir montré la voie de ton popotin en…
« Ma chérie, Comment ai-je fait pour vivre sans toi toutes ces années ? Comment ai-je fait pour ne serait-ce que respirer ? Comment pourrais-je ouvrir les yeux chaque matin sans que ton sourire n’y soit, sans que tes…
« Princesse, Si on m’avait dit un jour que je serais ton almée, je n’aurais pu y croire tant je me sens si pâle à tes côtés, si petite, tellement incapable d’être à la hauteur de ton humanité. Ô ! princesse ; promets-moi que je ne suis pas en train de…
« Ma Poupougnette, Qu’est-ce que j’aime t’entendre parler ! Qu’elle est douce ta voix, plus douce que toutes celles qu’il ne m’a jamais été donné d’entendre. Et que d’amour transpire de tes mots, tes mots d’amour que je retiens contre moi comme s’ils étaient…
« Mon canard, Tu me fais un p’tit coin-coin ? Allez ! Oh ! que c’est bon quand tu me couines dans les oreilles. Tu es ma queen de cœur et que c’est fort la vie depuis que tu barbouilles dans ma baignoire. Je ne veux jamais que tu… »

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *