199612_15

Viens là. Tu ne dois pas avoir peur. Je te promets ; tu ne risques plus rien. Regarde ! Il n’y a personne, ni sous le lit, ni derrière l’armoire, ni au milieu des rideaux. Et dans ton coffre à jouets, il y a si peu de place qu’un monstre ne peut s’y cacher. Regarde. Tes poupées sont tout sourire. Cela veut bien dire qu’il n’y a aucun danger. Allez… Tu dois dormir maintenant. Je reste un peu avec toi et, si tu veux, je laisse pour cette nuit la petite lumière. Les monstres n’aiment pas les petites lumières. Ils ont l’air, comme ça, d’être des gros bras ; mais en fait, ce sont des mauviettes ! Dès que tu allumes ou que tu cries, ils partent loin, loin et ne reviennent jamais. À mon avis, celui que tu as vu doit être déjà au fin fond de la Papouasie septentrionale tellement tu as su l’effrayer. Tu as été très courageuse. Moi, je ne l’ai pas vu ce monstre mais j’ai bien compris qu’il était énorme et affreux. Vraiment bravo. Je suis très fière de toi. Et ne t’inquiète pas ; c’était un monstre sans famille ni ami. Il est venu seul, je le sais. Et maintenant que tu l’as chassé, vraiment je te promets, tu peux dormir tranquille. Il ne reviendra pas. Il a eu plus peur que toi, c’est certain, et il tremble encore. Tu es rassurée ? Ferme tes jolis yeux. Imagine une fée qui vient tout contre toi. Elle te protège. Et si un monstre venait, elle le chasserait avant même que tu n’aies peur. Tu peux avoir confiance. C’est une amie. Dors. Elle veille sur toi.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à 199612_15

  1. Isabelle dit :

    Je peux avoir une visite de la fée qui veille ?…

  2. Bauwens Bettina dit :

    Moi aussi j’aimerais que la fée vienne me voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *