199508_07

« Évelyne,
« Je sais que tu m’aimes. Pourquoi ne veux-tu pas accepter cette évidence ? Notre histoire était si belle, notre amour est si fort ! Écoute-moi ! Tu sais que j’ai raison ; alors pourquoi tu te dérobes ? Qu’est-ce qui te fait peur ? D’être heureuse avec moi ? Je ne comprends pas ce que tu cherches. Nous avions tout et tu t’en vas, comme si de rien n’était, en osant me dire que tu ne m’aimes plus ! Qui peut y croire ? Même toi, tu n’en es pas convaincue. Sinon, pourquoi me fuirais-tu ? On ne fuit pas ceux qui nous laissent indifférents ! Affronte la réalité et arrête de dire que j’ai fait preuve de violence ; je ne voulais pas te blesser, tu le sais ; c’est toi qui m’as poussé à bout avec tes mensonges et tes dérobades. Si tu assumais notre amour, si tu venais me parler, je n’aurais pas besoin de te relancer pour te mettre face à cette vérité que tu refuses ! Tu dois revenir. Je sais que tu m’aimes et que ton bonheur est avec moi, avec personne d’autre. Je te pardonne le mal que tu me fais et je ne te reprocherai rien. Je te pardonne mais il faut que tu cesses de renier tes sentiments pour moi. Ne m’oblige pas à venir te chercher. Ne m’oblige pas à t’appeler toujours, à t’écrire ! Reviens, ou je… Je sais que tu m’aimes encore. Reviens.
« Serge. »

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 199508_07

  1. Voyages immobiles dit :

    Une lettre écrite de derrière les barreaux …
    Non Serge Evelyne ne reviendra pas … elle est avec moi maintenant … sa réalité c’est elle et puis c’est elle et moi … ce n’est pas toi … Non Serge elle ne reviendra pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *