199508_03

Faut-il que mon chagrin soit si imperméable que ton sourire n’y puisse rien !
Faut-il que la solitude faille se rompre ! Faut-il ?
Faut-il que la vaisselle soit faite, que le grain soit moulu sans que le bon et l’ivraie ne se séparent, que les trains arrivent à l’heure, que les hirondelles fassent le printemps et les marrons grillés l’automne ? Faut-il !
Faut-il que le temps soit donné au temps si le présent nous ignore !
Faut-il que le jour se lève ?
Faut-il que la nuit nous emporte ?
Faut-il que je doive toujours dire qui je suis !
Faut-il ?
Faut-il que je me gratte la tête en attente de la phrase à suivre ? Faut-il qu’elle vienne ? Faut-il qu’elle ne vainque pas ? Faut-il que je m’accroche à elle pour que ton amour arrive jusqu’à moi ! Faut-il que je parle à ta place !
Faut-il que je sois assez folle pour que le texte me sauve !
Faut-il que… Faut-il que je trouve ?
Faut-il !

Cy Jung©

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *