199102_02

J’ai déposé mes sandales côte à côte, bien alignées. Je préférais marcher pieds nus, que mes pas disent le chemin puisque la route n’y était pas. Je n’avais pas de destination précise. Je voulais simplement marcher, avancer, aller et peut-être revenir si tant est que la Terre fût effectivement ronde.
Vue d’ici, elle était plate. Le ciel, lui, était haut. J’ai sauté, sans l’atteindre, sauté encore, en vain. J’ai pensé un instant utiliser l’échelle de Tistou les pouces verts que je gardais toujours à portée de main. J’y ai renoncé. Je ne voulais pas grimper. Je voulais sentir le sol se dérouler sous mes pas, l’horizon se décaler à chacun. J’ai plissé les yeux. Une ligne est apparue, tout au fond du décor, à peine éclairée par un restant de lueur vespérale. Devais-je l’atteindre ? Si elle marquait le bord de la planète, je craignais de basculer dans le précipice. Il était trop tôt. Mes ailes n’avaient pas encore récupéré toutes les plumes que la tempête avait éparpillées.
J’ai jeté un dernier regard sur mes sandales par-dessus mon épaule. Elles n’y étaient déjà plus comme pour me dire que j’en étais déjà loin. J’ai relevé la tête, souri au vent, rigolé à la lumière. Mon ventre s’est creusé. Mon pas s’est allongé de lui-même. Mon souffle suivait. Mes larmes séchaient. J’avançais. La ligne reculait. Le ciel grandissait. Le sol s’ameublissait. La Terre tournait et je marchais à rebours de sa révolution sans pour autant reculer.
N’était-ce pas étrange ? La souris, elle, dans sa roue, n’irait jamais nulle part. Je n’avais pas plus quelque part où aller, aucun labyrinthe où me perdre. La nuit dissimulait les points de mire et les amers remarquables. Je n’avais pas peur pourtant. Le chemin était sous mes pieds, nus toujours. Il suffisait que je fasse confiance à mon pas pour ne pas craindre de me perdre ni de sombrer à la première faille. Il suffisait.

Cy Jung®

Ce contenu a été publié dans Photocriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à 199102_02

  1. Voyages immobiles dit :

    Ne plus avoir peur … sentir la terre sous nos pas … vivre … tout simplement …
    Beau cliché … envie d’y déposer mes pas … pour y laisser mon empreinte, une trace d’un passage éphémère …

  2. toimoinous dit :

    Il y a des empreintes qui s’effacent avec le temps ?
    En tout cas certaines personnes essayent de les effacer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *